Un arbre

Ecosia est l’un des moteurs de recherche les plus réputés actuellement. On le retrouve désormais sur presque tous les ordinateurs dans les écoles de France et des centaines d’influenceurs sur le Net vantent les mérites de l’entreprise. Alors, qu’est-ce que ce moteur de recherche vaut vraiment ? Est-il vraiment écologique ? Et surtout, qu’est-ce qu’il vaut techniquement ?

Ecosia plante des arbres

Si Ecosia bénéficie d’une réputation aussi bonne, c’est parce qu’il est toujours présenté comme le moteur de recherche le plus écologique d’Internet. À l’instar du moteur français Lilo, Ecosia promet de reverser une partie de ses revenus liés à la publicité dans une bonne cause. Lilo laisse l’internaute choisir sa cause, Ecosia l’a déjà trouvée : il plante des arbres.

Officiellement, l’entreprise allemande derrière le moteur de recherche Ecosia reverse chaque année depuis 11 ans 80 % de ses bénéfices à des programmes de reforestation. Les trois programmes les plus soutenus par le moteur de recherche travaillent actuellement principalement au Pérou, à Madagascar et au Burkina Faso. Si on en croit la page d’accueil du moteur de recherche, c’est 110 millions d’arbres qui ont été plantés depuis son lancement.

À l’heure où la pollution liée à Internet est de plus en plus pointée du doigt, Ecosia apparaît comme la solution idéale pour se déculpabiliser en réduisant son empreinte carbone.

Comment fonctionne Ecosia ?

D’abord, il faut savoir qu’Ecosia n’est pas un moteur de recherche, mais un métamoteur de recherche. Pour constituer ses pages de résultats de recherche, Ecosia s’appuie donc sur les résultats d’autres moteurs de recherche. Il n’indexe pas lui-même les pages et mélange simplement les résultats grâce à un algorithme personnel pour proposer des résultats personnels.

Pour cela, Ecosia se repose presque exclusivement sur Bing, mais aussi un peu sur Google. Utiliser Ecosia, cela revient donc à peu près au même que d’utiliser Bing. Les résultats sont à peu près identiques et il n’est donc pas rare de devoir se tourner vers Google pour obtenir des résultats plus satisfaisants dans certains cas bien précis.

Ecosia n’est donc pas un moteur de recherche que les spécialistes du référencement doivent prendre en compte dans leur stratégie. En revanche, la publicité est très présente sur Ecosia et de plus en plus d’annonceurs s’y intéressent. Enfin, il faut noter qu’Ecosia est très transparent sur son usage de Bing et de Google puisque l’onglet carte propose d’utiliser soit l’un, soit l’autre.

Ecosia : transparence et respect de la vie privée

La transparence, Ecosia en a d’ailleurs fait une de ses marques de fabrique. D’abord, parce que l’entreprise qui gère le moteur de recherche publie chaque année l’intégralité de sa comptabilité. N’importe qui peut donc la consulter et cela permet de s’assurer que la part promise des bénéfices promis est effectivement reversée à des programmes de reforestation.

Surtout, Ecosia tient à se montrer transparent quant à l’usage qu’il fait des données personnelles de ses utilisateurs. Ainsi, il est assez facile de s’assurer qu’Ecosia est particulièrement respectueux de la vie privée des internautes. Un bon point qui lui permet de se démarquer efficacement de Google et de Bing qui sont connus pour leurs caractères intrusifs.

Un métamoteur de recherche peut-il vraiment être écologique ?

Utiliser Ecosia pour réduire son empreinte carbone est en fait assez paradoxal. Pour chaque requête, Ecosia va consulter plusieurs moteurs de recherche, ce qui l’amène à multiplier par autant la quantité d’énergie dépensée. Résultat, les émissions de gaz à effet de serre augmentent aussi, alors même que l’objectif d’Ecosia était de les compenser.

Pour éviter cela, Ecosia a créé ses propres centrales à énergie solaire. Officiellement, elles produisent suffisamment d’énergie pour couvrir tous les besoins des requêtes effectuées sur Ecosia. L’énergie est directement envoyée dans les serveurs de Bing et permet donc de réduire le problème dont nous parlions juste avant.

Néanmoins, la solution n’est pas vraiment idéale et Ecosia reste un moteur de recherche gourmand en énergie. D’autres moteurs de recherche consomment moins et sont aussi entièrement alimentés par des énergies renouvelables. Ecosia s’est construit autour de ses ambitions écologiques, mais cela ne veut pas dire pour autant que le moteur de recherche est irréprochable. D’autant plus qu’il affiche énormément de publicités, ce qui consomme encore plus d’énergie.

Le problème des publicités sur Ecosia

Ecosia est un bon moteur de recherche, cela ne fait aucun doute. L’utiliser est une bonne chose pour soutenir la reforestation de certaines régions. Néanmoins, il ne faut pas qu’une bonne action cache les problèmes que pose le moteur de recherche malgré ses nombreuses qualités. La publicité en est un puisqu’elle implique une consommation importante d’énergie.

Au-delà de la question écologique, la publicité pose aussi des problèmes éthiques et réduit le confort de navigation. Le problème, c’est que le modèle de développement d’Ecosia tourne autour de la publicité. Sans publicité, il n’y a pas de revenus et sans revenus, il n’y a pas d’arbres plantés. Pour utiliser Ecosia et ne pas seulement utiliser un métamoteur de recherche polluant, il faut donc impérativement accepter la publicité.

Pour beaucoup d’internautes qui se sont habitués au confort de leur bloqueur de publicité, ce sera sans doute une bonne raison de ne jamais se tourner vers Ecosia et de préférer d’autres moteurs de recherche, écologiques ou non.

Test : que vaut Ecosia, le moteur de recherche écologique ?
Posted in: Web

Vous pourrez aussi aimer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *